Le silence de l’Avent

Entendre le silence de l’Avent

Marcher vers Noël

Eglise ouverte

Durant le temps de l’Avent, marchez vers Noël en vous réservant quelques minutes dans l’église. Plongez dans la bible et ses personnages avec l’exposition “La Bible, un jardin de Vie”, illustrée et agrémentée de paroles mises en exergue. Pour un temps de simplicité dans la dynamique du marché de Noël.

église ouverte du mardi au dimanche de 15h à 19h (du 27 nov au 25 déc 2021)

Chants participatifs

Les traditionnels chants participatifs “Ensemble chantons Noël” du CPS reprennent pour notre plus grand plaisir, après une édition à distance l’année passée. Venez chanter les plus belles mélodies de Noël dans la chaleur du Temple Neuf.

Chaque samedi de l’Avent (27 nov, 4, 11 et 18 déc 2021), 16h30
Pass sanitaire et port du masque obligatoires
places limitées : 250 places

Concert de Noël

Venez écouter le concert de Noël de l’AACTN “Pascal Vecca chante Noël”. Crooner bien connu de la scène local, il nous partagera la magie de Noël avec un répertoire multilingue, chanté de sa voix percutante et profonde.

Samedi 11 décembre 2021, 20h30
Entrée libre – plateau au profit du CPS
pass sanitaire et port du masque obligatoires
Places limitées : 250 places

Cultes & célébrations

Célébrons ensemble le temps de l’Avent et de Noël au travers de différents rendez-vous.

Parole du Pasteur Rudi Popp

Si vous faites partie des personnes qui reconnaissent que Noël ne leur dit plus rien, ou rien de profond, rassurez-vous — la fête chrétienne de la nativité du Christ n’a jamais été conçue pour parler par elle-même. Noël n’a de sens qu’en faisant partie de l’ordre des temps de la vie chrétienne. Dans ce calendrier qui s’est forgé pendant le premier millénaire chrétien, la fête de la naissance et de la lumière n’est vécue que précédée par un temps de silence et de jeûne, le temps de l’Avent.

Si les paroles de Noël ne vous disent plus rien, demandez-vous alors : ai-je bien entendu le silence de l’Avent ?

Dans la Bible, le silence est la condition de la parole. Il en est même une condition préalable : une parole ne peut pas s’élever sans un silence, un silence au moins intérieur. Il en est aussi une condition simultanée : la parole, quel que soit son mode d’expression, est toujours tissée de silence. Le silence est essentiel à la parole et à la spiritualité bibliques. Les écritures bibliques nous montrent d’ailleurs souvent la fécondité du silence de Dieu, qui est comme la trame de sa parole.

Cela est manifeste dès la première page du livre de la Genèse. Si le Dieu créateur est un Dieu qui crée par la parole et par la séparation, sa parole est rare : le poème de la création mentionne une phrase par jour pendant les quatre premiers jours, deux le cinquième jour et trois le sixième. Le Dieu créateur n’est pas un Dieu bavard. Il est un Dieu qui crée par la parole et la séparation, sur fond de silence presque permanent. La parole de Noël s’inscrit dans la fécondité créatrice du silence de l’Avent.

Cela est manifeste à Golgotha. Le fils crucifié aux rares paroles meurt dans le silence imposé par l’asphyxie. Il ressuscite dans le silence d’un jardin au tombeau ouvert. Il avait auparavant manifesté sa puissance sur la mort, notamment en imposant le silence à la mer déchaînée : « Silence ! Tais-toi ! ».

Cela est encore manifeste par le silence d’Élie à l’Horeb.
Élie, le prophète épuisé, déprimé, qui demande la mort, est remis debout par Dieu, qui s’adresse à lui dans « un souffle léger », « un silence subtil », « un calme, une voix ténue », « le bruit d’une brise légère », « le bruissement d’un souffle ténu », bref mot-à-mot quelque chose comme une voix de fin silence.

Afin de pouvoir entendre la parole de Dieu telle que les Écritures l’évoquent, le silence est essentiel. Peut-être est-il même l’essentiel de la parole.

Le temps de l’Avent est conçu pour vous offrir ce jeu du son et du silence, où le silence est déterminant, ce jeu du plein et du creux, où le creux est essentiel, nécessaire à l’écoute de la parole de Noël.

Fraternellement,
Pasteur Rudi Popp