PROGRAMMATION

Strasbourg brass band fanfare

Mercredi 6 juillet, 19h

Strasbourg Brass Band

Prestige des cuivres – Jazz Fanfare

Walter Demontrond, direction

Trompettes, trombones, euphoniums et tubas de Strasbourg se regroupent pour former le fabuleux Strasbourg Brass Band, une fanfare dans la plus pure tradition britannique et alsacienne ! Les musiciens sont membres de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, professeurs au Conservatoire, ou anciens élèves de l’Académie supérieure de musique. Du très lourd, donc, pour ouvrir dignement la 3e édition du Festival du Temple Neuf !

Convivial, chaleureux et toujours d’un niveau musical épatant, le Strasbourg Brass Band, dirigé par Walter Demontrond, a été créé en 2018 et, dès sa première année d’existence, il a remporté la 3e place du championnat de France de Brass Band et le 1er Prix du jury. Au programme, Asturias de Isaac Albeniz, le fameux Cats Tales de Peter Graham qui n’est pas sans rappeler le Boléro de Ravel, l’impressionnante fanfare Five Blooms de Gareth Wood et, bien sûr, des extraits de Star Wars de John Williams par une armée de cuivres flamboyante !

Amy Lin, récital de piano

Jeudi 7 juillet – 19h

Souvenirs d’amour

Récital de piano

Amy Lin, sur le nouveau piano Steinway du Temple Neuf

Le Temple Neuf inaugure, avec ce concert, son nouveau piano : un magnifique Steinway de 1911, fabriqué à Hambourg ou à New York, l’histoire ne permet pas de la savoir. Toujours est-il que ce très bel instrument sera placé sous les doigts de la pianiste Amy Lin, professeur au Conservatoire et à l’Académie supérieure de musique de Strasbourg, ancienne élève de Leon Fleisher et concertiste internationale.

Elle interprétera les trois pièces les plus touchantes et les plus profondes de Mozart, Schubert et Schumann, notamment les Scènes d’enfants opus 15. 

Amy Lin est diplômée de Peabody à Baltimore et Munich. Ses maîtres lui reconnaissent une intelligence musicale et une sensibilité artistique exceptionnelles, notamment dans le répertoire classique de Mozart, Beethoven et Schubert qu’elle a interprété à de nombreuses reprises en soliste ou avec des orchestres en Autriche, France, Allemagne, Suisse, Italie, Belgique, Lettonie, Etats-Unis, Japon, Corée du sud, Taiwan et Brésil.

Elle donne régulièrement des master-classes dans des conservatoires prestigieux, comme récemment à l’université de Yale, à la Hochschule für Musik de Weimar, à l’université Nationale de Séoul et au Conservatoire Royal de Bruxelles.

Vendredi 8 juillet – 19h

Franck Wolf & Matskatt

Jazz

Franck Wolf, saxophones
Matskat, violon et chant
William Brunard, contrebasse
Erwin Siffer, piano

Un petit brin de folie soufflera dans le Temple Neuf : la musique de Franck Wolf et de Matskat donne des fourmis dans les jambes et plaît à tous les publics !

Compositions originales et reprises rafraîchissantes sont proposées ici par un quartett inédit avec le pianiste strasbourgeois Erwin Siffer et le contrebassiste parisien William Brunard, compagnon de route de Franck au sein du Biréli Lagrène Trio. 

Franck Wolf et Matskatt se connaissent depuis le début des années 2000. Quelques sessions privées, improvisées en duo, ont définitivement scellé leur complicité et leur amitié. Les deux musiciens s’invitent ponctuellement dans leurs projets respectifs, car jouer et improviser ensemble est comme une évidence. Ils ont constitué leur répertoire lors d’un fameux concert au festival « Au grès du jazz » à La Petite Pierre, diffusé en direct sur Arte en 2018. 

Samedi 9 juillet – 19h

Fado Classique

Musique traditionnelle du Portugal

Rosete Caixinha, voix
Claire Khoury, violon
Juliette Diaz, violon
Elise Vaschalde, alto
Marwane Champ, violoncelle

Comme toute belle histoire, tout commence par une rencontre.

Ici, deux univers, deux répertoires s’entremêlent, s’interrogent, s’allient pour explorer le style emblématique du Portugal, le Fado.

Ce projet regroupe des fados traditionnels arrangés pour voix et quatuor à cordes. On y trouvera aussi l’arrangement d’un fado instrumental méconnu, le sublime « Fado Burnay », ainsi que des compositions de la chanteuse portugaise, Rosete Caixinha. Une union de deux esthétiques musicales qui fera voyager le public au-delà des frontières.

En 2011, le fado en tant que chanson urbaine de Lisbonne, symbole identitaire de la ville et du pays, a été inscrit par l’UNESCO au Patrimoine de l’Humanité. Dans son essence, il chante l’émotion, les chagrins d’amour, la profonde nostalgie, cette célèbre « saudade» de celui qui est parti, la vie quotidienne et les conquêtes. Les rencontres heureuses et malheureuses de la vie sont un thème infini d’inspiration.

Mercredi 13 juillet – 19h

Di Mauro Swing – Francky Reinhardt

Jazz manouche

Francky Reinhart, guitare solo
Claude Loeffler, guitare et chant
Jessy Heilig, guitare rythmique
Mathias Hecklen-Obernesser, violon
Perry Lamielle, contrebasse et chant

Francky Reinhardt est un prodigieux soliste.

Il débute la guitare vers 10 ans avec Mandino Reinhardt et devient plus tard l’élève du maitre Tchavolo Schmitt.

En 1985 ,il est à la tête du « Trio Reinhardt » qui connaîtra un franc succès aussi bien sur la scène nationale que sur quelques grandes scènes internationales.

Puis vient la rencontre avec Claude Loeffler et Perry Lamielle : l’alchimie est évidente entre les trois surdoués si bien qu’ils décident immédiatement de créer une formation ouverte sur les musiques du monde en gardant le jazz manouche comme ciment de leur groupe.

Ils composent de nouvelles chansons et s’inspirent de leur vies et de leurs histoires… Jessy le fils de Francky rejoint le groupe pour apporter encore plus de swing.

Il ne manque plus qu’un violoniste : c’est Mathias Hecklen-Obernesser qui va assumer cette place importante dans ce nouveau quintet qui porte désormais le nom de Di Mauro Swing, en hommage au célèbre luthier qui à confectionné la guitare de Francky.

Leur premier disque « Flamme manouche » est un succès. Ils se produisent depuis plusieurs années sur les plus grandes scènes européennes : festival de Turin, Francfort, Berlin, Anvers, Bruxelles, Linx, Ludwigsburg…

Assister à un concert de Di Mauro Swing c’est vivre un pure moment de bonheur, de partage, de fête, ou seuls règnent le plaisir de jouer et la sincérité.

Jeudi 14 juillet – 19h

Maîtrise de la Cathédrale de Saint-Brieuc

Musique bretonne

Goulven Airault, direction
François-Xavier Kernin, orgue

Issue d’une longue tradition dont on trouve les origines en 1420, la Maîtrise de Saint-Brieuc regroupe aujourd’hui des jeunes chanteurs âgés de 11 à 15 ans, sous la direction du chef de choeur Goulven Airault.

Pris par la musique et heureux de chanter, ces enfants travaillent assidûment de nombreuses heures par semaine, dans des classes à horaires aménages, pour proposer des programmes musicaux qu’ils donnent lors d’offices et de concerts en Bretagne, en Normandie, à Paris ou encore en Espagne.

Accompagnée par le grand orgue du Temple Neuf, la Maîtrise interprétera, un répertoire varié avec des oeuvres de compositeurs bretons comme Joseph-Guy Ropartz, mais aussi, des chants marins et des traditionnels bretons. 

Vendredi 15 juillet – 19h

OB2 : Grégory Ott & Vincent Bidal

JAZZ À DEUX PIANOS

Grégory Ott et Vincent Bidal, pianos Steinway et Bechstein du Temple Neuf

OB2 c’est plus qu’un duo, c’est un tandem ! Deux pianistes dont la réputation n’est plus à faire, un duo qui se raconte en musique.

Des sonorités uniques, des mélodies qui transportent et font naître le rêve en chacun. Après avoir fait ses preuves sur scène, OB2 se lance un nouveau défi, enregistrer sur album leurs compositions et nous permettre de voyager au fil de leurs mélodies.

Né à Strasbourg, Grégory Ott a étudié le piano classique de 1983 à 1990 au Conservatoire National de Région de Strasbourg. En 1991, il y intègre la classe de jazz de Bernard Struber.

Avec sa formation, le Grégory Ott trio qui compte 4 opus à son actif, il est lauréat du prix Radio France au concours international de jazz « Jazz à Juan Révélations ». Grégory est porté sur des horizons musicaux très ouverts. Il collabore avec Tchéky Karyo, Steve Ferrone, Vincent Dedienne, Anne Sylvestre, Léopoldine HH, Lisa Doby, l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg… Cette année, Grégory sort son premier album en piano solo intitulé « Parabole-Als das Kind Kind war » (label Jazzdor Series), album qui vient de faire la une de « Open Jazz » sur France Culture.

Dès son plus jeune âge, Vincent Bidal parcourt l’Europe et foule les scènes des plus beaux festivals de jazz notamment aux côtés du guitariste Yorgui Loeffler. Muni d’une médaille d’or en piano jazz (Conservatoire de Musique de Metz), il s’installe à Paris et intègre des formations musicales très variées. Vincent enregistre plus d’une centaine d’albums en tant que sideman ainsi que cinq sous son nom. Il partage la scène avec des artistes de renoms tels que Yuri Buenaventura, Christopher Cross, Florent Pagny, Christophe Mae, Mokhtar Samba, Lee John, Catia Werneck et bien d’autres. La richesse de son parcours le conduit aujourd’hui à la réalisation d’albums, l’écriture de musique de films et documentaire et fait de lui l’un des pianistes les plus convoités de la scène française.

Samedi 16 juillet – 19h

By Moonlight on the Green

Musiques irlandaises, gaéliques et celtes

The Curious Bards
Alix Boivert
, violon baroque & direction
Sarah Van Oudenhove, viole de gambe
Bruno Harlé, flûtes
Louis Capeille, harpe
Jean-Christophe Morel, cistre
Invitée : Ilektra Platiopoulou, chant

The Curious Bards* c’est l’ensemble à ne pas rater pour la musique irlandaise, celte et gaélique.

Le programme est constitué de chansons d’inspirations variées, de chansons à boire irlandaise, de parties de chasse, ou encore de textes suggérant délicatement ce qui s’apparenterait à de joyeux ébats amoureux… 

La chanteuse Ilektra Platiopoulou interprète également deux chansons en gaélique, dans lesquelles les textes sont des poésies irlandaises typique du XVIIIe siècle. On découvrira le strathspey écossais, une danse au caractère bien trempé rappelant le style caractéristique des danses écossaises, les slip-jigs irlandaises au rythme déchaîné ou encore les hornpipes. Un programme qui vous amènera au plus prêt de l’âme celte et gaélique.

L’ensemble The Curious Bards a bénéficié du soutien de la Cité de la Voix de Vézelay dans le cadre de son dispositif jeunes ensembles en 2015. Il fut également bénéficiaire, dès 2016, du projet EEEmerging porté par le Festival d’Ambronay, qui soutient les jeunes ensembles de musique ancienne dans le cadre du programme Europe Créative. Depuis 2020, The Curious Bards reçoit le soutien de la Caisse des Dépôts comme mécène principal.

Le premier album de l’ensemble est sorti à l’Automne 2017 chez le label Harmonia Mundi et a été plusieurs mois dans les meilleures ventes de disque en France. 

* « barde », individu chargé de perpétuer la tradition orale, notamment par la musique et le chant, dans les sociétés celtes de l’Antiquité.

Mercredi 20 juillet – 19h

Saint-Germain

Swing manouche et chanson française

Marcel Loeffler, accordéon
Sandra Djoudi, chant
Julien Pidancier, violon
Cédric Loeffler, guitare
Franck Bedez, contrebasse

Marcel Loeffler, c’est un son, un phrasé aérien et limpide, un sens aigu de l’improvisation. Dans ce concert, il revisite les mélodies de la chanson française comme Revoir Paris, Pigalle ou encore La Belle vie au Moulin Rouge, en les imprégnant de couleurs manouches et de sons jazz, entre swing léger, élégance et lyrisme.

Pour cette aventure, il nous entraine, avec brio et enthousiasme, dans les boîtes de jazz et les cafés-concerts de Saint-Germain, hauts lieux de la chanson sur la rive gauche parisienne au milieu du 20e siècle.

Il sera accompagné de la douce et somptueuse voix de Sandra Djoudi, de l’impeccable guitare de son fils Cedric Loeffler, du violon virtuose de Julien Pidancier et de la contrebasse solide de Franck Bedez.

Le nom de Marcel Loeffler est associé à tous les visages de l’accordéon : du swing manouche au bal musette, du jazz au gospel, du tango à la musique classique. Sur scène depuis l’âge de dix ans, Marcel Loeffler puise son énergie dans les échanges avec le public et les musiciens rencontrés. 

Jeudi 21 juillet – 19h

Clair de Lune

Musique classique – Récital de piano

Lidia Ksiazkiewicz au nouveau piano Steinway du Temple Neuf

Un magnifique programme des plus belles pages pour le piano est offert par la pianiste polonaise Lidia Ksiazkiewicz, sur le nouveau piano Steinway du Temple Neuf.

Lauréate de nombreux prix internationaux, cette grande artiste possède un jeu à la fois virtuose, profondément expressif, mêlant un subtil équilibre des plans sonores et une intuition du son. Elle interprétera les fameux Clair de Lune de Beethoven et de Debussy, mais aussi la Ballade n°4 de Chopin et une Étude de Scriabine. 

Elle a été professeure au Conservatoire de Strasbourg et poursuit actuellement une importante carrière de soliste qui l’amène à se produire dans de nombreux pays : Autriche, Allemagne, Danemark, Espagne, Hollande, Hongrie, Italie, Norvège.

En tant que soliste, elle a collaboré avec des orchestres symphoniques (Orchestre Symphonique de Radio France, Orchestre Philharmonique de Cracovie, Orchestre de Douai, Slovak Sinfonietta…) ainsi qu’avec des radios et télévisions de toute Europe. Elle a enregistré de nombreux disques à l’orgue et au piano.

Vendredi 22 juillet – 19h

Roda de Choro

Musique brésilienne

Quero Quero Choro
Damien Groleau
, flûtes
Bruno Luna Kisic, bandolim, trompette
Pascal Beck, trombone
Nelsinho Felix, percussions
Benjamin Velle, violāo de sete cordas

Uni par une même passion, le groupe Quero Quero Choro invite à découvrir un visage méconnu du Brésil, et vous embarque pour un moment de plaisir et de détente qui vous ravira l’esprit et vous donnera des fourmis dans les jambes.

Mélange des timbres d’instruments classiques et traditionnels, mélodies élégantes et subtiles, nonchalance et rythmes chaloupés, Quero Quero Choro met aussi en avant une valeur essentielle de la musique brésilienne : le partage.

Le Choro est considéré comme l’école de la musique brésilienne par excellence parce qu’il réunit tous les attributs rythmiques, mélodiques et harmoniques typiques et demande une bonne connaissance de la musique et de la maîtrise des instruments. Il crée un trait d’union entre la musique et les danses de salon européennes et les rythmes syncopés africains.

Ambroisine Bré

Geneviève Laurenceau

Tanguy de Williencourt

Aurélien Pascal

Aliette de Laleu

Samedi 23 juillet – Horaire exceptionnel : 20h !

Elles

Musique classique

En partenariat avec le Festival de musique d’Obernai

D’après le livre « Mozart était une femme » de Aliette de Laleu

Ambroisine Bré, mezzo soprano
Geneviève Laurenceau, violon
Tanguy de Williencourt, piano
Aurélien Pascal, violoncelle
Aliette de Laleu, récitante

Qu’est-ce que la musique classique doit aux femmes ?

Derrière le célèbre personnage de la muse se cache en réalité d’autres existences bien plus actives.

Compositrices, mécènes, instrumentistes, chanteuses, cheffes d’orchestre… grand nombre de créatrices ont participé à l’histoire de la musique, sans toujours être reconnues à leur juste valeur. 

Dans ce spectacle, la Comtesse de Die nous emmène au Moyen Age découvrir les trobairitz (les femmes de troubadours), la claveciniste Elisabeth Jacquet de la Guerre nous plonge dans la période bénie de la musique française sous Louis XIV, le piano d’Hélène de Montgeroult nous rappelle l’importance des femmes pendant la Révolution française, ou encore les œuvres de Louise Farrenc nous transportent au XIXe siècle, si difficile pour la condition des femmes.

La France, célébrée en musique grâce à ses grandes figures féminines.

Informations pratiques

Concerts en semaine : Entrée libre – Plateau

Concerts du samedi : 15€ / 10€ tarif réduit (demandeurs d’emploi, étudiants, moins de 18 ans et membres de l’AACTN)